Ma soirée au Pink Mamma

L’escouade Big Mamma a encore frappé !
Après l’East Mamma, l’Ober Mamma… le groupe s’attaque cette fois à Pigalle pour leur sixième trattoria à Paris, le Pink Mamma !

Pink Mamma Paris_2

Source bigmammagroup.com

Ouvert depuis le 21 juin, le dernier-né de Big Mamma met l’accent sur les grillades et le barbecue.
Alors hier soir, avec le chéri on s’est dit qu’on allait y faire un tour, vu que c’est juste à côté de la maison.

Le Pink Mamma : un début de soirée trèès long…

Les photos ne mentent pas, l’immeuble est vraiment très beau, avec ses briques roses, recouvertes d’un lierre luxuriant qui retombe sur chacune des façades vitrées. Tout en haut, la fameuse verrière en bois surplombe l’ensemble et donne encore plus envie de découvrir l’intérieur !

Pink Mamma_8_-_CreIdit_JeIroIme_Galland_1

Source Google – Crédit photo Jérôme Galland

Ce qu’il faut savoir, c’est qu’il n’est pas possible de réserver.
Arrivés devant le restaurant, on voit quelques personnes qui font déjà la queue devant l’entrée.
Ah tiens, ça continue… et encore, et encore, et encore… ah oui quand même ! La file d’attente contourne l’angle du bâtiment et se poursuit encore sur quelques centaines de mètres dans la rue d’à côté…

La dernière fois que j’ai fait une queue pareille, c’était pour le concert des Last Shadow Puppets… ou à Disney !
Arf, si je suis capable de faire 90 min d’attente dans Crush Coasters pour 2 min d’attraction, je peux quand même patienter une petite heure pour goûter la burrata apparemment si excellente du Pink Mamma !

Pink Mamma Paris_food_7

Source bigmammagroup.com

Et puis, on s’y attendait, c’est le premier samedi depuis l’ouverture du restaurant, on nous avait prévenus qu’il fallait arriver un peu avant le début du service à 19h pour ne pas avoir trop à attendre avant d’avoir une table…
J’apprends quand même par un des serveurs que les premières personnes à être installées attendaient depuis 17h45 !!

On prend donc notre mal en patience, en profitant du soleil et des bonnes odeurs de barbeuc qui nous mettent en appétit !
Au final, on a attendu une heure… pour pouvoir être inscrits sur la file d’attente… pour pouvoir venir manger vers 21h30 (normalement)… Ça devient un peu fastidieux tout ça !

Pink Mamma Paris_food_17

Source bigmammagroup.com

Heureusement, le personnel du Pink Mamma est très cordial et souriant.
Pour nous faire patienter, on nous propose de goûter sous forme de petits shots quelques cocktails du No Entry, le speakeasy du Pink Mamma. J’ai goûté une pina colada à la banane et au safran (de mémoire) vraiment délicieuse ! Je sais déjà ce que je prendrai quand on viendra testé le bar caché !!

21h45, le fameux sms arrive : on peut enfin aller manger !

Si je vous raconte en détails cette partie de la soirée, c’est parce qu’elle nous a marqué presque autant que notre repas sur place. J’avais vraiment envie de vous retranscrire notre passage au Pink Mamma tel qu’on l’a vécu et je me dis qu’après tout ça, on a vraiment mérité notre table !!

Le Pink Mamma : entrons dans le vif du sujet !

On nous installe dans la salle au rdc, près d’un magnifique bar très lumineux en marbre jaune. Manque de chance, notre table est aussi juste à côté de l’entrée, avec les courants d’air et le passage… Pas trop grave, il fait bon, ça nous rafraichit on va dire !

Pink Mamma Paris_4

Source bigmammagroup.com

La carte est déjà sur la table donc on fait rapidement notre choix sauf que… on attend bien vingt à trente minutes avant qu’un serveur vienne prendre notre commande !
Je suis plutôt relativement patiente comme meuf mais, entre la fatigue d’avoir attendu aussi longtemps debout et la faim… cette attente là, elle m’a vraiment pesée.

Heureusement, notre serveur (comme tous les autres) était super sympa, avec son accent italien si chantant, et s’est bien occupé de nous. Une fois la commande passée, les cocktails et les plats sont arrivés assez vite !
Et là on a compris qu’on avait pas attendu pour rien et que nos papilles et nos estomacs allaient nous dire merci pendant longtemps ! Des saveurs et des produits d’une qualité… un régal !

Pink Mamma Paris_food_6

Source bigmammagroup.com

Bon par contre, on avait tellement faim qu’on a eu les yeux plus gros que le ventre… Les portions sont généreuses !
Pour cette première, on a pas opté pour le côté grillade.
On a pris à partager le « Big burrata mix« , un ensemble des trois burrate proposées à la carte (125g chacune !), une assiette de « Jambon di Parma 24 mesi » (si fondant) et de la « Gisele Bündchen de la coppa » (si parfumée).
Après, on a pris à deux une pizza « Maman est de sortie à Pigalle » à la mozza, tomates, saucisse italienne au piment calabrais, sauce tzatziki, radis roses et pousses de saison (je vous ai dit on avait faim !)

Pink Mamma Paris_food_1

Source bigmammagroup.com

Le couple installé à côté de nous a pris des pâtes fraiches à la truffe qui avaient l’air délicieuses ! Elles sont servies dans de belles casseroles en cuivre, j’ai pas pu m’empêcher de lorgner dessus !

Par contre au dessert, j’ai vécu un drame personnel…
Avant de vous raconter cette tragédie, je dois vous remettre dans le contexte. Il faut savoir une chose : au Pink Mamma, les desserts sont délicieusement énormes ! J’en ai vu défiler quelqu’uns aux tables voisines et faut vraiment avoir encore de la place pour envisager d’en commander un !

Pink Mamma Paris_food_14

Source bigmammagroup.com

Alors quand le serveur me dit qu’exceptionnellement, en remplacement d’un autre dessert, il y a de la glace à la pistache, je me dis : « c’est parfait ça me fera juste ma petite touche sucrée pour finir le repas, sans non plus me rendre malade ». Et puis… la glace à la pistache, c’est un de mes péchés mignons que j’ai jamais l’occasion de manger !!
Je me fais donc mon film avec ma glace à la pistache sauf que ! le serveur revient cinq minutes après, prend notre commande et me dit « Scusate ma, il n’y a plus la glace à la pistache ! Vous me l’auriez dit y’a deux minute c’était bon »
Autant vous dire que j’ai vécu un ascenseur émotionnel de fin de soirée qui fait trèèès mal !

Pink Mamma Paris_food_12

Source bigmammagroup.com

Bon j’en rajoute évidemment beaucoup, mais j’ai trouvé dommage de finir le repas sur cette note, parce que du coup on a pas pris de dessert du tout.

(J’aurais aimé faire les photos moi-même, mais avec les lumières tamisées et le monde, le rendu n’était pas top top (et avec la faim j’ai pas eu la patience de faire des photos des plats avant de me jeter dessus !! *pardon**pardon*)… Promis, j’en referai quand on y retournera !)

Le Pink Mamma : en conclusion

Après ce roman de 10km de long que je vous ai fait et que j’aurai pu intituler « Périple au Pink Mamma », je vais peut-être songer à conclure !

La première chose qui me vient en tête pour résumer notre soirée : mi-figue, mi-raisin. Il y a du très bon mais il y a du moins top aussi.
Non plutôt : il y a eu de l’incommodant mais il y a eu de l’excellent quand même !

C’est juste qu’avec ces petits riens un peu désagréables, j’ai l’impression d’être passée à côté du meilleur du Pink Mamma : j’aurai aimé voir la déco des autres étages, apercevoir l’immense babercue de 3m de long et surtout découvrir l’intérieur de la verrière.
C’est sûr, l’endroit est prisé, il y a beaucoup de monde et on ne peut décemment pas choisir sa place. Mais bon, après 2h45 d’attente, ça fait un peu mal au coeur…

On s’est dit qu’on y retournerait, dans d’autres conditions, une fois l’effervescence de la nouveauté passée et cette fois en semaine, pour vraiment apprécier l’expérience Pink Mamma. Parce que, hormis les petits désagréments dont je vous ai parlé, c’est une très bonne adresse.
Les produits sont de qualité, les portions généreuses, les prix sont vraiment corrects, le cadre (du peu qu’on en a vu) est superbe et le personnel est chaleureux !

Le Pink Mamma – 20bis rue de Douai, 75009 Paris – Plus d’infos ici

logo-2017-signature-articles